La Recherche pour tous

La connaissance n’a pas de prix et doit être accessible librement. Toutefois, le grand public a rarement l’occasion de questionner les résultats issus de la recherche, de demander des précisions, de pouvoir exprimer sa critique à l’égard de ces travaux.
Face à ce problème, nous avons imaginé un journal pluridisciplinaire dans lequel des chercheur.e.s pourraient publier leurs articles dans une version « vulgarisée », en accès libre. Ces articles vulgarisés seraient ensuite validés après un travail de relecture de collégien.ne.s, et/ou lycéen.ne.s mis.e.s en contact avec le.la chercheur.e.

Et ce journal, comme nous étions motivé.e.s, nous l’avons créé.

Notre état d’espritVidéo de présentation

Un journal pour tous

Que tu sois élève, enseignant.e ou encore chercheur.e, tu peux jouer un rôle dans la diffusion de la connaissance ! Pour en savoir plus, rends-toi vite dans la section qui te concerne !

Je suis un enseignant

C’est parti

Je suis un élève

C’est parti

Je suis un chercheur

C’est parti

Des microplastiques dans le foie des anchois

Version Pdf Télécharger France Collard1 (chercheuse) et la classe de l’option sciences du collège Albert Camus de Mr Baron et Mr Missonnier2 (la liste des élèves est mentionnée en fin[…]

Read more

Médor, « humain » LV1

Les amoureux des bêtes n’ont de cesse de le dire, « il ne manque que la parole » à nos amis à quatre pattes… . Si l’on a tendance à interpréter rapidement les expressions de chiens avec un anthropocentrisme certain, nous ne parvenons pas encore à comprendre leurs aboiements. En revanche, les chiens eux semblent comprendre nos palabres. C’est ce qu’ont démontré expérimentalement des chercheurs dans la revue Animal Behaviour and Cognition en 2014 dans un article intitulé « Les chiens domestiques (Canis lupus familiaris) sont sensibles aux caractéristiques « humaines » des commandes vocales » (Domestic dogs (Canis lupus familiaris) are sensitive to the « human » qualities of vocal commands (Gibson et al., 2014)).

Read more

Réponse des plantes à l’environnement spatial : Un guide pour les futurs jardiniers de l’espace

L’étude de la croissance des plantes dans l’espace a commencé par l’étude de la faisabilité de leur croissance hors de la Terre et des différences existantes entre les plantes ayant grandi sur Terre et celles ayant grandi en orbite terrestre. Petit à petit, les systèmes de croissance se sont améliorés et on a ainsi pu différencier les effets directs et indirects de l’impesanteur. En revanche, jusqu’à présent, seules des expériences à petite échelle ont été réalisées, ce qui n’a pas permis l’acquisition de données suffisantes pour prédire avec précisions les rendements des plantes en environnements de gravité réduite. Pourtant, pour développer des systèmes support-vie qui permettront de maintenir les astronautes en vie sur les missions longue durée, il faudra envisager de la culture a plus grande échelle. De nombreux challenges restent à relever pour cultiver des plantes dans l’espace, en ce qui concerne l’éclairage, l’arrosage, le choix des espèces, etc. et un effort important doit être développé sur la modélisation de leur croissance. Cela permettra d’apporter une compréhension plus vaste des phénomènes en jeu et un meilleur contrôle de leur croissance.

Read more

Ils nous font confiance !